Gérer l’incontinence fécale

L’incontinence fécale est un problème majeur. Une revue systématique récente de la littérature montre une prévalence de 11-15% dans la communauté.1 Ces chiffres doivent être interprétés avec prudence car les études pertinentes sont entravées par une sous-déclaration éventuelle et, plus important encore, par un manque de consensus définition. L’incontinence d’un flatulisme, d’un tabouret liquide ou d’un tabouret solide ayant un impact sur la qualité de vie est une définition pratique 2, et nous résumons ici la prise en charge de cette affection hétérogène principalement dans une perspective de soins primaires, incluant d’éventuelles interventions chirurgicales. causes et varie en sévérité des souillures fécales mineures à l’incontinence franche des selles solides. Lorsqu’un patient présente ce symptôme, nous devons établir le degré de débilité et obtenir des antécédents obstétricaux3. L’inspection du canal anal et l’examen rectal digital sont essentiels. Les marques de peau anales associées aux hémorroïdes peuvent gêner la toilette adéquate et un mauvais tonus anale implique un défaut dans le sphincter anal. Sensation réduite et absence de contraction anale ou “ clignement ” La dysruption du sphincter anal résulte le plus souvent de l’accouchement vaginal, se produit chez 30% des femmes pares et est associée à une incontinence symptomatique dans environ 80% des cas4. Une lésion du nerf pudendal accompagne souvent une lésion du nerf pudendal. Les autres causes d’incontinence fécale acquise sont le traumatisme anale, la chirurgie anale, un large éventail de troubles neurologiques et psychiatriques et le prolapsus rectal.Bien que d’autres causes de l’incontinence fécale acquise les dommages au sphincter anal doivent toujours être considérés, la plupart des patients n’ont pas de trouble physique grave nécessitant une investigation et une chirurgie intensives. Ceux qui ont des souillures mineures ou des difficultés de nettoyage peuvent être grandement aidés par une simple assurance et des conseils sur le lavage avec une éponge après la défécation. Certains bénéficieront également de l’insertion d’un suppositoire à la glycérine immédiatement après la défécation et la rétention pendant environ 20 minutes, car cela facilitera la vidange rectale et améliorera les salissures subséquentes. Nous devons également reconnaître que les causes de selles molles, telles que la maladie inflammatoire de l’intestin, la malabsorption, la surexploitation des laxatifs et le débordement de l’impaction fécale peuvent se présenter comme une incontinence avec un sphincter anal normal2. du sphincter peut obtenir beaucoup de bénéfice symptomatique des mesures pour raffermir les selles. Si une cause sous-jacente de la diarrhée n’est pas trouvée, les conseils diététiques peuvent être très utiles, en gardant à l’esprit qu’une alimentation riche en fibres peut aggraver l’incontinence. Occasionnellement, des antidiarrhéiques tels que le phosphate de codéine ou le lopéramide peuvent être nécessaires. Chez quelques patients, ces mesures seront insuffisantes, et une référence pour des tests de physiologie ano-rectale et d’échographie endo-anale devient nécessaire. Ces investigations fournissent des mesures objectives des pressions sphinctériennes, des sensations anorectales, de la capacité rectale et des troubles sphinctériens8. Un conseiller en continence peut alors aider la plupart des patients en leur fournissant soutien et conseils sur l’alimentation, le mode de vie et l’exercice du plancher pelvien. Par la suite, la physiothérapie du plancher pelvien et le biofeedback, dans lesquels les patients apprennent une contraction musculaire efficace en réponse aux informations d’une sonde manométrique manométrique ou électromyographique, sont les piliers de la thérapie.9 Chez les patients inconscients présentant un défaut sphinctérien notable, la réparation chirurgicale 60,90% des patients, mais malheureusement les résultats se détériorent avec le temps10. Lorsque la réparation chirurgicale échoue ou est inappropriée et que le biofeedback est inefficace, il reste trois options pour les patients gravement symptomatiques: encerclement anal, stimulation du nerf sacré et L’excitation est obtenue au moyen de muscle, et la graciloplastie dynamique, qui implique un enveloppement musculaire gracilis augmenté par une stimulation électrique, est peut-être le plus réussi.Une autre approche est le sphincter artificiel, qui consiste en un manchon rempli de fluide implanté autour du canal anal. Cependant, ce sont des techniques spécialisées qui, bien qu’elles puissent restaurer la continence, entraînent souvent des difficultés de passage des selles et de morbidité2. La stimulation du nerf sacré (ou neuromodulation) est une technique relativement nouvelle pour le traitement de l’incontinence fécale. Il s’agit de placer une électrode percutanée dans un foramen sacré (habituellement S3), et si une période d’essai de deux semaines est réussie, un générateur d’impulsions permanent peut être implanté. Des études récentes suggèrent qu’une amélioration notable peut être obtenue avec peu de morbidité, et cette procédure devrait avoir un impact majeur.12 Malgré ces nouveaux traitements, le rôle du détournement fécal ne doit pas être ignoré. Si tout le reste échoue, la qualité de vie avec une stomie peut être excellente pour le patient malheureux souffrant d’incontinence réfractaire. Bien que l’incontinence fécale est responsable d’une grande partie de la misère et l’isolement social, il manque un profil élevé et des défenseurs vocaux. Il se prête à un traitement qui peut souvent être administré en soins primaires. En outre, ceux qui ne répondent pas à des mesures simples devraient avoir la possibilité d’être évalués par des spécialistes et de bénéficier d’un traitement approprié.