Répondre à Mimica

– Nous remercions le Dr Mimica pour ses commentaires sur notre article [1] Nous avons analysé des isolats de MSSA de Staphylococcus aureus principalement sensibles à la méthicilline chez des voyageurs de retour et observé une association claire du gène staphylococcique codant pour la leucocidine Panton-Valentine. Infections cutanées et des tissus mous En raison de la présence de souches appartenant à un large éventail de complexes clonaux, nous avons conclu que l’observation apporte des preuves en faveur du rôle indépendant de la PVL comme facteur de virulence pour S aureus Loci de virulence est moins probable “[1] Une limitation commune d’autres études est l’analyse d’isolats provenant d’un contexte géographiquement et génétiquement confiné, par exemple d’un seul pays, principalement des souches appartenant à la lignée USA300 PVL-positiveNous ne partageons pas l’interprétation du Dr Mimica [2] des études épidémiologiques de Bae el al et Jones et al [3, 4] comme fournissant des preuves contre P VL en tant que déterminant des résultats cliniques dans les inhibiteurs sélectifs de S aureus et ne voient donc pas de conflit entre nos résultats et les données existantes suivre ce site. Similaire à ce que nous avons trouvé, ces études rapportent une forte association de PVL avec présentation clinique comme abcès majeur En outre, Bae et al [4] ont trouvé une association positive entre le statut PVL et l’augmentation du nombre de leucocytes lors de la présentation et, comme notre étude l’a montré, une forte association de leucocytes et de leucocytes. PVL avec la nécessité d’une intervention chirurgicale comme un proxy de profondeur lésionnelle Par conséquent, nous tenons à souligner que la question clé dans l’interprétation des études épidémiologiques sur le rôle de la PVL est de savoir comment définir le résultat qui décrit la virulence de S aureus. les paramètres cliniques tels que le nombre de globules blancs, la récidive ou l’intervention chirurgicale conviennent mieux comme marqueurs de la virulence associée aux leucotoxines que ne le fait le taux de guérison après l’antibiothérapie. analysé dans les études mentionnées [3, 4] Nous ne nous attendions pas à ce que la susceptibilité aux antibiotiques et donc le succès du traitement soient associés à la présence de PVL, et par conséquent ce résultat n’a pas été abordé dans notre étude [3, 4] nos résultats [1] suggèrent que PVL augmente en effet la capacité de SARM et MSSA à provoquer des ITSM profondes et que les paramètres reflétant l’invasion tissulaire et la profondeur lésionnelle sont des mesures de résultats qui décrivent la fonction biologique et les implications cliniques de PVL dans les ITS S aureus plus convenablement. Contrairement au Dr Mimica, nous croyons que les résultats de notre étude contribuent aux données épidémiologiques déjà existantes pour une association de PVL avec la virulence de S aureus dans les inhibiteurs sélectifs de la sclérose latérale amyotrophique. résultats d’études animales [5-7]

Remarque

Conflits d’intérêts potentiels Tous les auteurs: Aucun conflit signalé Tous les auteurs ont soumis le formulaire ICMJE pour la divulgation des conflits d’intérêts potentiels Conflits que les éditeurs considèrent comme pertinents pour le contenu du manuscrit ont été divulgués