Améliorer la mortalité de la chirurgie coronarienne

Rédacteur — Bridgewater et al présentent des données et tirent des conclusions incompatibles.1 Dans leur étude de nouveaux consultants Les auteurs ont attribué cette amélioration de la performance des nouveaux consultants à une courbe d’apprentissage, ce qui n’a pas été le cas tant que leurs collègues seniors en général (mortalité observée vs mortalité attendue: 0,61 vs 0,66). L’analyse des données par Bridgewater et al n’était pas assez robuste pour comparer les deux groupes de chirurgiens avec précision. Les données des nouveaux consultants ont pu être plus hétérogènes que celles des chirurgiens seniors en termes de risques. de techniques chirurgicales telles que la chirurgie hors-pompe, la protection du myocarde, etc. EuroSCORE est insuffisant pour comparer un mélange non homogène de la pratique chirurgicale comme je Elle a été développée lorsque la pratique chirurgicale était plus uniforme. Une approche alternative et plus scientifique aurait été la régression logistique avec des variables pour différentes techniques chirurgicales et des scores de propension à calculer. La stratification du quintile des scores de propension aurait montré la variabilité de la pratique chirurgicale. L’appariement du score de propension des patients aurait offert une méthode de comparaison plus uniforme. Odds ratios d’une régression logistique secondaire sur des paires de patients appariés aurait offert une méthode précise de comparer la performance des deux groupes de chirurgiens. Certains dans la spécialité craignent que la courbe d’apprentissage peut être évidente dans la chirurgie non coronarienne à haut risque. Une étude similaire sur la chirurgie non-coronarienne est maintenant impérative pour aborder ses implications pour la confiance des patients et la formation des chirurgiens.