Palestine: l’attaque contre la santé et d’autres crimes de guerre

Rédacteur — La vue personnelle par Summerfield est une diatribe politique qui ne mérite aucune place dans le BMJ ou toute autre revue médicale censée présenter des faits, pas de fiction.1Summerfield interroge le droit de Yoram Blachar , président de l’Organisation médicale israélienne, à la présidence de l’Association médicale mondiale. Il omet de mentionner que Blachar conteste régulièrement la force de défense israélienne sur l’accès aux soins médicaux.2 Je serais plus qu’heureux de voir des protestations similaires des médecins palestiniens supérieurs au sujet de l’utilisation abusive des installations médicales par des terroristes.Si nous parlons de pertinence et de partialité , regardez simplement le contraste frappant entre le bilan de l’ONU sur la condamnation d’Israël (ordinaire, soutenu par tous les États arabes et musulmans, sans égard à l’inadéquation ou l’injustice) et son refus de condamner les injustices, les violations des droits de l’homme et la torture dans divers États arabes et musulmans parce que de telles propositions sont régulièrement rejetées comme offensantes pour tous les pays musulmans. Le Conseil de sécurité a perdu toute crédibilité lorsqu’il a remis sa présidence, même si peu de temps, à la Syrie, un pays qui soutient ouvertement les organisations terroristes et les kamikazes. Pour une critique remarquable du parti pris et de l’antisémitisme institutionnel de l’ONU, voir le discours d’Anne Bayefsky à l’ONU.3 Israël n’est pas irréprochable, mais son peuple et son gouvernement remettent constamment en question et discutent toutes ses failles de manière publique et démocratique. Ce n’est que lorsque le débat et l’auto-réflexion du gouvernement commenceront à devenir routiniers et autorisés parmi les Palestiniens ou dans les Etats arabes voisins qu’il y aura une chance de dialogue et de progrès. Alors que la dissidence est étouffée, la démocratie inexistante et la réflexion sur soi absente, la paix est improbable et Israël continuera à avoir besoin de se défendre de la manière la plus rigoureuse. La seule voie à suivre est d’ouvrir le dialogue, de reconnaître le droit à l’autodétermination et la coexistence pacifique.Nous devons reconnaître et respecter nos espoirs et nos aspirations semblables et nous considérer comme des individus et non comme des ennemis levitra. ” Des articles biaisés, ignorants et trompeurs comme celui de Summerfield ne cherchent qu’à perpétuer le conflit et attiser les flammes de la haine aveuglée. Hommage au BMJ pour la publication d’un tel article.