Amis avec avantages

Y compris les pharmaciens dans le régime d’assurance-maladie (MBS) pourrait améliorer la gestion des maladies chroniques pour les patients, selon une soumission faite à un examen du gouvernement.

La soumission, déposée par la PSA, a demandé que le MBS soit élargi et que les pharmaciens soient autorisés à être considérés comme des professions paramédicales.

Dans sa soumission à la révision du groupe de travail MBS, la PSA décrit quatre façons dont les pharmaciens peuvent être inclus dans le MBS. Ceux-ci inclus:

L’établissement d’un pharmacien en régime d’intéressement en médecine générale (PGPIP), analogue au paiement incitatif pour les infirmières et infirmiers praticiens (PNIP). PSA reconnaît que le PNIP est financé en dehors du MBS, cependant, dans le cas où un PGPIP est mis en œuvre, les pharmaciens devraient être autorisés à fournir, le cas échéant, les mêmes services dans le cadre du MBS en tant qu’infirmiers en pratique antigène.

L’expansion des services existants rémunérés par le MBS pour permettre aux Australiens des régions rurales et éloignées d’avoir accès aux pharmaciens en tant que fournisseurs de soins de santé primaires, permet la continuité des soins et minimise les hospitalisations.

Élargissement de l’admissibilité aux services rémunérés du ROM pour la prestation de soins après les heures normales aux pharmaciens.

Dans la soumission de PSA à la MBS Taskforce Review, le président national de la PSA, Joe Demarte a déclaré un service de gestion des maladies chroniques (CDM) comme un service financé par le MBS qui représente des soins de grande valeur pour les patients atteints de maladies chroniques complexes. besoins de soins.